Mémoire de l'Indre
Mémoire de l'Indre

Collège de Chatillon-sur-Indre

Visite du 6 juin du circuit Jeannot Bizeau par deux classes du collège Joliot-Curie de Chatillon-sur-Indre (Indre)

Ce collège revient pour la troisième année consécutive sur notre circuit. Les étapes furent la ferme des Rosiers sur la commune de Luçay-le-Mâle, pour parler de la Résistance, de l'organisation des parachutages et du malheureux parachutage de la ferme des Rosiers de janvier 1943, où toute l'équipe de réception sera arrêtée. Saint-Christophe-en-Bazelle a été la halte suivante pour raconter au groupe de collégiens du poids des gendarmes dans la répression et mettre en avant le rôle bénéfique de cette brigade de Saint-Christophe qui ira même à simuler une attaque pour aider les maquisards de Dun à libérer un des leurs. Dernière étape de cette matinée le moulin de Chabris pour expliquer le rôle de la ligne de démarcation et les risques pris par ces passeurs, mais ceci fut fait aux abords du moulin, car à cause des inondations, l'accès était impossible. Le déjeuner bien mérité s'est fait au parc Tourangin de Chabris où Mme Paquier, maire adjointe, est venue rencontrer les enseignants et les collégiens. L'après-midi a commencé aux Ajoncs sur la commune de Chabris avec la guerre de l'électricité et les sabotages des pylônes, puis direction Dun-le-Poëlier, capitale de cette Résistance du nord de l'Indre, où les combats du 11 juin 1944 ont été narrés. Enfin, la dernière étape s'est faite en pleine forêt de la Vernusse sur la commune de Bagneux pour découvrir le campement du maquis et la reconstitution d'une cabane de maquisards.

Prochaine activité

La prochaine manifestation aura lieu le vendredi 27 octobre à 18 heure à la Villa Stivalis de Chabris :

Chanter le crime en Berry

Canards sanglants et complaintes tragiques...

Conférence-concert d’environ 1 h 30, comprenant des interventions parlées ou chantées et une abondante iconographie. J.F. HEINTZEN s’accompagne d’une vielle à roue.

La complainte criminelle est vraiment un genre à part : comment imaginer aujourd’hui que l’on puisse chanter les faits-divers les plus sordides? Dans quels buts ? Au nom de quels vils instincts ? Le Canard sanglant préfigure l’audio-visuel moderne : l’œil et l’oreille sont également mobilisés. Diffusé par les colporteurs, il n’use pas de coûteux moyens d’impression. La complainte utilise un air préexistant, un timbre, connu des auditeurs, indiqué par la mention rituelle : sur l’air de…