Mémoire de l'Indre
Mémoire de l'Indre

Visite avec la SAHAS de Romorantin-Lanthenay

Nous avons accompagné un groupe de 43 personnes venant de Romorantin et des environs pour une visite guidée du circuit des lieux de mémoire de la seconde guerre mondiale dans le nord de l'Indre. C'est la société d'art d'histoire et d'archéologie de Sologne qui était à l'initiative de cette visite, présidée par Hélène Leclert.

 

La matinée a permis de visiter le site de la ferme des Rosiers à Luçay-le-Mâle avec le parachutage vendu. Première approche avec des réponses aux questions, qu'est-ce que résister, quelles étaient les différentes organisations de résistance, comment s'organiser un parachutage... ? Puis direction Saint-Christophe-en-Bazelle pour parler de la gendarmerie dans la résistance. La fin de la matinée s'est déroulée à Chabris avec la ligne de démarcation, les passages clandestins, la bataille du pont du 20 juin 1940.

 

Repas au Pêcheur d'étoiles à Chabris, puis visite du site des Ajoncs pour aborder les sabotages électriques, Dun-le-Poëlier avec l'organisation de la Résistance et les combats du 11 juin 1944, les Mineaux pour cette affaire tragique du 11 juin 1944 et enfin découverte de la vie dans les maquis dans la forêt de la Vernusse.
Dommage le temps n'était guère de la partie, mais l'auditoire était captivé et a fait abstraction de la pluviosité ambiante. Pour terminer l'association HPB leur a offert le verre de l'amitié à la Villa Stivalis de Chabris, en présence de M. Marchand, maire adjoint de Chabris.

Prochaine activité

La prochaine manifestation aura lieu le vendredi 27 octobre à 18 heure à la Villa Stivalis de Chabris :

Chanter le crime en Berry

Canards sanglants et complaintes tragiques...

Conférence-concert d’environ 1 h 30, comprenant des interventions parlées ou chantées et une abondante iconographie. J.F. HEINTZEN s’accompagne d’une vielle à roue.

La complainte criminelle est vraiment un genre à part : comment imaginer aujourd’hui que l’on puisse chanter les faits-divers les plus sordides? Dans quels buts ? Au nom de quels vils instincts ? Le Canard sanglant préfigure l’audio-visuel moderne : l’œil et l’oreille sont également mobilisés. Diffusé par les colporteurs, il n’use pas de coûteux moyens d’impression. La complainte utilise un air préexistant, un timbre, connu des auditeurs, indiqué par la mention rituelle : sur l’air de…