Mémoire de l'Indre
Mémoire de l'Indre

Dun le Poëlier

Panneau XI
47°12'16,69"N 1°45'22,72"E
La maison de Théogène Briant, Alex, qui commande les troupes FTP du nord de l’Indre. Il prend le maquis le 1er juin 1944 pour échapper aux griffes de la Gestapo.

Panneau XII
47°12'13,20"N 1°45'14,16"E
La maison d’Amand Mardon, ancien maire et conseiller général du canton. Il est arrêté par la Gestapo parisienne le 1er juin 1944. 

Panneau XIII
47°12'47,40"N 1°43'05,34"E
Les Bruyères.
Un des nombreux terrains de parachutage du nord de l’Indre, mais comment étaient choisis les terrains, par qui, comment pouvait-on savoir que le parachutage devait avoir lieu ?

Panneaux XIV et XV 
47°12'22,80"N 1°45'07,22"E
La Quesnière.
Emplacement de la contre-attaque des maquisards lors des combats du 11 juin 1944 qui sont orchestrés par plusieurs unités allemandes venant de Blois, Romorantin, Bourges et Nevers.


































 

 

Prochaine activité

La prochaine manifestation aura lieu le vendredi 27 octobre à 18 heure à la Villa Stivalis de Chabris :

Chanter le crime en Berry

Canards sanglants et complaintes tragiques...

Conférence-concert d’environ 1 h 30, comprenant des interventions parlées ou chantées et une abondante iconographie. J.F. HEINTZEN s’accompagne d’une vielle à roue.

La complainte criminelle est vraiment un genre à part : comment imaginer aujourd’hui que l’on puisse chanter les faits-divers les plus sordides? Dans quels buts ? Au nom de quels vils instincts ? Le Canard sanglant préfigure l’audio-visuel moderne : l’œil et l’oreille sont également mobilisés. Diffusé par les colporteurs, il n’use pas de coûteux moyens d’impression. La complainte utilise un air préexistant, un timbre, connu des auditeurs, indiqué par la mention rituelle : sur l’air de…