Mémoire de l'Indre
Mémoire de l'Indre

Conférence à Eguzon (Indre) sur la réquisition de la main d'oeuvre

A 18 h 30 à la salle des associations à Eguzon (36), j'ai donné une conférence sur la réquisition de la main d'oeuvre de l'Indre, durant la seconde guerre mondiale, intitulée : "Avaient-ils le choix ?". Une belle affluence sur un thème rarement abordé dans l'Indre, une conférence qui a duré 1 h 30, ce qui est rare de ma part.

j'ai abordé plusieurs thèmes comme :
La situation de l’Indre avant et après la campagne de France a-t-elle influé sur la mainmise de la main-d’œuvre ? Quelles ont été les grandes phases de la réquisition ?
Les cantons ont-ils subi ces prélèvements de la même façon ? Existe-t-il une adéquation entre le réfractaire et le maquisard ? Finalement quel a été le nombre de requis pour le territoire du IIIe Reich ? Dans quel état sanitaire les rapatriés sont-ils revenus dans l’Indre en 1945 ?
Cette conférence a été accompagnée d'un diaporama dans lequel ont été intégrés des documents inédits glanés dans différents fonds d'archives.
Cette conférence a été programmée dans le cadre de l'exposition qui se tient actuellement au musée sur la libération dans les départements de l'Indre et de la Creuse.

Prochaine activité

La prochaine manifestation aura lieu le vendredi 27 octobre à 18 heure à la Villa Stivalis de Chabris :

Chanter le crime en Berry

Canards sanglants et complaintes tragiques...

Conférence-concert d’environ 1 h 30, comprenant des interventions parlées ou chantées et une abondante iconographie. J.F. HEINTZEN s’accompagne d’une vielle à roue.

La complainte criminelle est vraiment un genre à part : comment imaginer aujourd’hui que l’on puisse chanter les faits-divers les plus sordides? Dans quels buts ? Au nom de quels vils instincts ? Le Canard sanglant préfigure l’audio-visuel moderne : l’œil et l’oreille sont également mobilisés. Diffusé par les colporteurs, il n’use pas de coûteux moyens d’impression. La complainte utilise un air préexistant, un timbre, connu des auditeurs, indiqué par la mention rituelle : sur l’air de…