Mémoire de l'Indre
Mémoire de l'Indre

Circuit des lieux de mémoire

Petite affluence pour notre circuit des lieux de mémoire aux Souches sur la commune de la Chapelle-Montmartin. La canicule des derniers jours y est pour beaucoup, les pluies orageuses ont fait le reste ! Mais on avait la qualité... Visite de la propriété des Souches avec l'autorisation chaleureuse des propriétaires en commençant par la maison des gardes, de la famille Sabassier, là où sont venus s'installés le réseau Wrestler de "Pauline". Pourquoi le SOE section F est-il venu dans le nord de l'Indre, pourquoi l'Indre a-t-il été un département d'accueil pour cette section et ce dès mai 1941, telles sont les questions abordées dans cette première partie. La seconde étape concernait le château des Souches, pillé, incendié et dynamité par les troupes d'occupation le 13 juin 1944. Les propriétaires d'alors les Hay des Nétumières vont subir un véritable calvaire après leur arrestation le 11 juin 1944. Quel fut leur devenir, fut le thème de cette étape. Enfin pour terminer après avoir détaillé des combats du 11 juin 1944, le plateau proche des Bruyères reçut durant cette période de nombreux parachutages dès mai 1943, d'agents mais aussi d'armement et de matériel de sabotage. Un explication fut donnée pour expliquer le déroulement d'un parachutage.
Un après-midi un peu arrosé qui se termina par le verre de l'amitié ! 

Prochaine activité

La prochaine manifestation aura lieu le vendredi 27 octobre à 18 heure à la Villa Stivalis de Chabris :

Chanter le crime en Berry

Canards sanglants et complaintes tragiques...

Conférence-concert d’environ 1 h 30, comprenant des interventions parlées ou chantées et une abondante iconographie. J.F. HEINTZEN s’accompagne d’une vielle à roue.

La complainte criminelle est vraiment un genre à part : comment imaginer aujourd’hui que l’on puisse chanter les faits-divers les plus sordides? Dans quels buts ? Au nom de quels vils instincts ? Le Canard sanglant préfigure l’audio-visuel moderne : l’œil et l’oreille sont également mobilisés. Diffusé par les colporteurs, il n’use pas de coûteux moyens d’impression. La complainte utilise un air préexistant, un timbre, connu des auditeurs, indiqué par la mention rituelle : sur l’air de…